Les droits connexes

Votre droit à la LIBERTÉ D'EXPRESSION
Y
  Article 19, Déclaration universelle des droits de l'homme : "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit".

Le discours haineux atteint le plus souvent des femmes, qu'elles soient journalistes, auteures de blogues ou militantes, pour la simple et unique raison que ce sont des femmes. Quand une femme dit ce qu'elle pense en ligne, certaines personnes leur envoient des discours haineux dans l'espoir de les faire taire ou pour les faire partir d'un espace numérique en particulier. S'il s'agit d'une femme de couleur et/ou LGBTQI, elle recevra le plus souvent des messages qui attaquent son genre, sa race ou ethnicité et sa sexualité.

Les femmes, quelle que soit leur origine, ont le droit de faire entendre leur voix et de s'exprimer de la manière qu'elles le souhaitent. Le discours haineux constitue une violation de ce droit. Nombre de personnes qui exercent une telle violence exigent leur propre droit à la liberté de parole, oubliant que leurs attaquent portent atteinte à la liberté de parole des femmes. Un discours haineux ne peut pas faire partie de la liberté de parole, et toute personne qui œuvre pour la liberté d'expression en ligne devrait se préoccuper de la menace que constitue le discours haineux envers ce droit pour les femmes.

Votre droit à l'ÉLIMINATION DE LA VIOLENCE

Déclaration des Nations Unies sur l'Élimination de la violence à l'égard des femmes : "Les États devraient condamner la violence à l'égard des femmes et ne pas invoquer de considérations de coutume, de tradition ou de religion pour se soustraire à l'obligation de l'éliminer. Les États devraient mettre en œuvre sans retard, par tous les moyens appropriés, une politique visant à éliminer la violence à l'égard des femmes… [Ce terme désigne] tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée".

Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique : "Les Parties prennent les mesures législatives et autres nécessaires pour promouvoir et protéger le droit de chacun, en particulier des femmes, de vivre à l’abri de la violence aussi bien dans la sphère publique que dans la sphère privée".

Le discours haineux est une forme de violence, et les États ont le devoir d'éliminer une telle violence. Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques tient compte du discours haineux dans son article 20 mais uniquement pour indiquer que "tout appel à la haine nationale, raciale ou religieuse qui constitue une incitation à la discrimination, à l'hostilité ou à la violence est interdit par la loi". Un mouvement a cependant commencé à traiter la question du discours de haine basé sur le genre, et certaines plateformes en ligne ont incorporé le genre à leurs politiques contre le discours de haine.

Votre droit au RESPECT DE LA VIE PRIVÉE et d'être à l'abri de la DIFFAMATION

Article 12, Déclaration universelle des droits de l'homme : "Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes".

Les auteurs de discours haineux pratiquent parfois le doxing, un terme particulier au piratage qui se réfère à la publication en ligne des données personnelles d'une personne pour l'intimider ou la punir. Le doxing est une violation évidente de votre droit à la vie privée et toute personne qui commettrait cet acte sans votre autorisation agit à l'encontre de la loi. En règle générale, dans le cadre de la loi, le droit au respect de la vie privée outrepasse la liberté d'expression.

Les personnes qui passent leur temps à envoyer des discours haineux aux femmes en ligne profitent de l'anonymat que leur procure l'internet. De la même façon qu'avec la liberté d'expression, ceux-là mêmes qui violent la vie privée des femmes en ligne réclament avec force leur propre droit au respect de leur vie privée.

Votre droit au TRAVAIL

Article 23, Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies :

(1) Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
. . .
 
(3) Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
. . .

Le discours de haine interfère avec la vie professionnelle des femmes. Les attaques en ligne découragent les femmes d'écrire et de gagner leur vie par le biais de l'internet. Les réseaux de médias devraient s'assurer que leurs politiques relatives aux commentaires interdisent bien tout discours haineux et que leurs protocoles permettent d'enrayer ce type de violence lorsqu'elle apparaît. L'avocate états-unienne Danielle Keats Citron estime que les mauvais traitements en ligne constituent "une discrimination en termes de perspectives d'emploi pour les femmes". Selon elle, les attaques basées sur le genre des publications de femmes sur l'internet devraient être jugées illégales aux États-Unis en vertu de l'article VII de la loi sur les droits civiques de 1964, qui interdit toute forme de discrimination fondée sur la race, les croyances religieuses ou le genre.

Votre droit de PRENDRE PART À LA VIE PUBLIQUE
b
  Article 27(1), Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies : "Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent".

Le discours haineux a pour objectif de faire taire les femmes et de les repousser en dehors des espaces publics; cela affecte donc leur droit de prendre part à la vie culturelle et de tirer des bénéfices des progrès scientifiques et notamment des technologies. L'internet est devenu un lieu public déterminant où on prend des décisions de grande envergure, on débat de politiques et de stratégies à suivre, on exprime son opinion, on partage des idées et on peut travailler. Voilà pourquoi le droit des femmes à participer à la culture en ligne est essentiel pour garantir leur participation à part entière dans la vie publique.

Issue: