Discours haineux: stratégies

Si les femmes qui ont une certaine visibilité sur l'internet reçoivent de telles quantités de commentaires haineux et de menaces, c'est parce que l'internet reste un lieu dominé par les hommes. Le fait qu'une femme soit visible dans les espaces en ligne remet en cause les inégalités entre hommes et femmes et les privilèges du monde masculin, et pour préserver le status quo, certains pensent qu'à travers la violence, ils pourront faire taire les femmes et les pousser à quitter tout espace en ligne.

Il faut dénoncer la discrimination à laquelle les femmes sont confrontées sur l'internet. Plus de 2000 développeurs de jeux vidéo – dont une majorité d'hommes – ont signé une lettre ouverte pour appeler à mettre fin à la discrimination dans l'industrie du jeu suite à des menaces de mort à l'encontre de la testeuse féministe de jeux vidéos Anita Sarkeesian.

Peut-être vous sentez-vous impuissante, mais il y a des choses que vous pouvez faire. Sachez que jamais ce n'est de votre faute. Voici des stratégies efficaces pour les victimes de discours de haine, certaines provenant de blogueuses et de journalistes expérimentées.
 

Les différentes méthodes

Chaque situation est unique ; il faut des stratégies différentes parce que nous sommes toutes différentes. Il est important que vous vous rendiez compte ce que vous pouvez faire ou non ; fiez-vous à votre instinct.

  • Ignorez-les : La journaliste Dawn Foster a décidé de ne pas entrer dans leur jeu : J'ai finalement découvert que la meilleure manière de combattre les menaces était de les ignorer. Si quelqu'un fait un commentaire inapproprié, effacez-le. Si quelqu'un émet le souhait de vous violer sur Twitter, bloquez-le. Si quelqu'un vous envoie des courriels pleins de bile bien-pensante, ne lui répondez pas : renvoyez-le à vos amis pour les amuser pendant leur pause-café. Recevoir une réponse n'est jamais un dû, quoi que les trolleurs en pensent.
  • Dénoncez-les : L'écrivaine de fiction et chroniqueuse Bina Shah utilise les outils à sa disposition, y compris le signalement : N'hésitez pas à le signaler lorsqu'un harceleur vous menace. Exposez-le au vu de tous. Il pense que vous allez trembler de peur. Montrez-lui plutôt qui fait la loi ici.
  • Mettez-les en évidence : La blogueuse Cath Elliot veut être sûre que tout le monde voie les auteurs de ce type d'actions tels qu'ils sont : Pour moi il est essentiel que les femmes qui s'expriment en ligne continuent de dénoncer les mauvais traitements qu'on nous fait subir, et que nous mettions ces misogynes cybernétiques en évidence chaque fois que nous le pouvons.
  • Embauchez-les : La journaliste et animatrice radio Emma Barnett s'est servie de son programme pour interviewer deux trolleurs, ce qui a suscité des réponses positives de la part des auditeurs et des internautes : J'espère que l'importance des réactions que ses commentaires inconcevables ont provoquées lui a fait tellement honte qu'il aura réalisé son erreur.
  • Aller chercher de l'aide : Vous n'êtes pas la seule, il est important que d'autres personnes sachent ce qui se passe et vous soutiennent pour vous aider à prendre suffisamment d'assurance pour agir : [La critique] Anita Sarkeesian retwitte autant de messages d'amour que de messages de haine qu'elle reçoit, et c'est probablement l'une des choses qui lui permet de tenir.
  • Devenez anonyme : Vani, une activiste des droits humains, ne donne pas son nom véritable : Je dis ce que je pense sur un certain nombre de sujets. Mais je reste sans visage et sans nom. Cela m'aide à conserver une distance entre ma vie et mes opinions parce que je sais combien tout peut dégénérer.
  • Continuez votre travail en ligne tant que vous le pouvez : Rien n'arrêtera l'écrivaine féministe Sady Doyle : La meilleure façon de naviguer en toute sécurité est peut-être tout simplement de continuer à naviguer sur l'internet. Après tout, si plus personne ne se plaint de harcèlement, quelle chance reste-il de réussir à faire changer les choses ?

Comment protéger vos données personnelles
  • Lorsque vous enregistrez un nom de domaine, utilisez une adresse dédiée uniquement à cela. Quand vous enregistrez un nom de domaine, vos données personnelles sont rendues publiques et n'importe qui peut les voir. Il s'agit d'une exigence de transparence en vigueur dans de nombreux pays. Il existe des services d'enregistrement privés qui protègent vos données personnelles, mais ceux-ci manquent de fiabilité lorsqu'ils doivent faire face à des pressions légales ou publiques pour révéler les informations concernant votre enregistrement. Vous pouvez aussi utiliser l'adresse et le numéro de téléphone d'une organisation, ou d'une entité qui ne permette pas de connaître votre lieu de résidence. Créez un compte de courrier électronique dédié exclusivement à la gestion de votre domaine.
  • Ne postez pas votre adresse électronique. Mieux vaut proposer un simple formulaire de contact dans lequel ce sont les gens qui vous envoient LEURS données personnelles pour pouvoir vous contacter. Si vous êtes journaliste et que votre adresse électronique est publique, parlez avec votre employeur de la mise en place d'un système qui permette de filtrer tout courrier comportant des propos injurieux.
  • Protégez le lieu où vous vous trouvez. Si vous êtes journaliste et que vous voyagez pour dénoncer des situations, ne postez pas de photos qui permettent d'identifier le lieu précis où vous vous trouvez à tout moment et ne twittez pas sur l'hôtel où vous séjournez ni sur l'endroit où vous allez déjeuner.
  • Pensez à la possibilité de conserver votre anonymat pour bloguer. Dans certains cas extrêmes, il se peut que vous soyez plus à l'aise si vous conservez votre anonymat pour bloguer. Il est possible d'utiliser un pseudonyme ou tout simplement d'écrire sous un nom qui ne correspond pas à celui de votre boîte électronique.

Comment réagir face aux discours de haine

1 Recherchez quelles politiques s'appliquent en ce cas. Assurez-vous que votre fournisseur de service internet (FSI) et les autres services que vous utilisez interdisent tout discours haineux et protègent votre vie privée dans leurs politiques. Si ce n'est pas le cas, changez de fournisseur pour en choisir un qui soit plus responsable face aux plaintes et aux préoccupations de ses utilisateurs en termes de vie privée.
2 Instaurez des politiques concernant les commentaires et effacez tout commentaire dépassant les limites établies selon vos critères. Les politiques de Feministing sont un bon exemple et vous donneront peut-être des idées. Pour les journalistes, exigez que les sites de presse le fassent, ainsi que les autres stratégies présentées dans cette section.
3 Exigez que les utilisateurs enregistrent un compte pour avoir le droit de poster des commentaires. Vous pouvez également activer l'option de suivi d'adresses IP des personnes qui laissent des commentaires.
4 Soumettez tout commentaire à approbation avant de les poster publiquement ou mettez en place un protocole de contrôle régulier des commentaires. Effacez tout commentaire qui ne satisfait pas les critères que vous avez établis.
5 Recrutez vos amis et collègues pour qu'ils effacent les commentaires haineux. Gardez votre énergie pour ce qui vaut vraiment la peine et laissez vos amis modérer les pourriels.
6 Si vous écrivez sur une plateforme autre que la votre, signalez tout discours haineux à l'éditeur ou au modérateur. Si le problème persiste, ils devraient songer à fermer certaines sections de commentaires ou carrément les retirer.
7 Prenez connaissance des conditions d'utilisation ou des réglementations de toutes les plateformes que vous utilisez pour savoir quand une personne les viole et que faire dans ce cas.
8 Contactez les membres de votre réseau de soutien pour les encourager à twitter ou à poster des messages en votre faveur dès qu'ils remarquent des discours haineux dans vos comptes de médias sociaux.
Contacter les autorités

Si les attaques se renouvellent régulièrement, n'hésitez pas à exercer votre droit de recours. Servez-vous de la section Droits liés au discours haineux pour aller parler aux autorités et prenez connaissance des lois en vigueur dans votre jurisdiction. Assurez-vous de mettre à leur disposition toutes les preuves que vous aurez rassemblées et toute information permettant d'identifier le nom et la position géographique du harceleur.

Issue: