Campagne actuelle

 
Revisiter pour résister : Histoires du mouvement pour mettre fin à la violence basée sur le genre
 
L’an dernier Réapproprie-toi la technologie! a fêté son dixième anniversaire, ce qui nous permis de revenir sur les actions réalisées pour mettre fin à la violence basée sur le genre (VBG), depuis le début du mouvement au début des années 1990 avec le lancement des 16 jours d’action contre la violence basée sur le genre et la Déclaration des Nations Unies sur l’élimination de la violence faite aux femmes, jusqu’au mouvement qui existe aujourd’hui, énergique et renouvelé, autour de la VBG en ligne. À quoi ressemble notre frise chronologique ? Qui en sont les agitateurs et agitatrices ? Quels ont été les moments les plus importants ? Quelles personnes n’ont pas été reconnues pour leur travail ?
 
Réveillez votre curiosité sur votre histoire féministe -  et partagez ce que vous trouvez !
 
À quoi ressemble le mouvement contre la violence basée sur le genre selon vous ? Qu’est-ce qui lui manque ? Quelles luttes, histoires et victoires cachées devraient refaire surface ? Qui a dirigé le travail sur la violence contre les personnes trans, les travailleuses sexuelles, les personnes avec un handicap et plus ? Qui a montré créativité, subversion et radicalisme dans son travail ?
 
Retracez votre histoire en cherchant dans vos vieux posters et dépliants, pin’s et badges, vidéos, chansons et manifestes – tout ce que vous avez pu collectionner de génial au cours des années. Nous vous indiquerons bientôt comment les partager avec nous pour que nous puissions présenter ce merveilleux collage de rages et de joies à l’occasion des 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre de cette année (du 25 novembre au 10 décembre).
 
En attendant, repensez au mouvement et transmettez-nous le résultat de vos réflexions. Quand les gens ont-ils commencé à parler de la VBG dans votre pays ? Comment en avez-vous entendu parler pour la première fois ? Quel rôle l’internet a-t-il joué ? Quels enseignements devraient être conservés ? De quelle manière aimeriez-vous honorer les pionnier-e-s, les oublié-e-s ou anonymes de votre communauté ? Envoyez-nous vos observations sur la liste de diffusion ou écrivez à sara.baker@apcwomen.org. (Remarque : Comme je suis actuellement en voyage, il se peut que je réponde avec un peu de retard au cours des deux prochaines semaines).
 
Nous sommes des féministes, des homos, des artistes, des enseignant-e-s, des visionnaires aux marges de la société, et même si des entreprises et des institutions tentent de s’approprier notre travail, ceci est notre mouvement et il nous appartient. Revenons sur le chemin parcouru pour mieux comprendre comment continuer à avancer. Nous fêterons notre pouvoir collectif en gravant nos noms dans l’édifice et en élaborant les prochaines étapes pour les générations à venir.